histoires de miel

Un forum regroupant mes écrits (écrits lesbiens)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 So sexy shériff (oneshot épisode hor série ouat)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
cendres de lune
Bébé Abeille
Bébé Abeille
avatar

Messages : 80
Date d'inscription : 05/03/2012
Localisation : sud ouest

MessageSujet: So sexy shériff (oneshot épisode hor série ouat)    Mar 11 Déc - 22:24

So sexy Shériff



J'entre dans ce qui semble être une ville. « Storybrooke » c'est ce qu'il y avait écrit sur le panneau. Un nom bien étrange. J'avance lentement, tout en observant les gens. Certains me dévisagent comme une voleuse, d'autres m'ignorent, font comme s' ils ne me voyaient pas. Je ne me sens pas à l'aise. Quelque chose dans cette ville est étrange, je ne saurais dire quoi. Je continue mon chemin, passe devant le bureau du shériff de la ville. Une jeune femme attire mon attention. Je m'arrête net, la regarde. Elle aussi me regarde et me fixe.
Elle est blonde, les cheveux tombant en cascade sur ses épaules. Je ne distingue pas la couleur de ses yeux de là où je me trouve. Je suis trop loin, c'est bien dommage. Je continue de la fixer. Elle est plus grande que moi. Je dirais qu'elle doit faire dans les un mètre soixante huit. Elle a un visage sévère et en même elle parait douce. Je n'arrive pas à décrocher mais si je continue à la fixer de la sorte, elle risque de venir me parler et à ce moment précis, je veux juste m'en aller.
Dans un mouvement fluide, je me remets en route et avance dans cette ville qui semble être figée par le temps.
J'aperçois un peu plus loin, ce qui semble être un bar. Un bon café après cette secousse ne me fera pas de mal.

Après quelque foulées, je me trouve devant la porte, la pousse. Une clochette se met à tinter faisant se retourner les quelques personnes qui se trouvent à l'intérieur. Ils semblent tous choqués par ma présence ici. Pourquoi ? Je ne suis vraiment pas rassurée.
Les tables sont entreposées, très proches les unes des autres. Il n'y a pas de tables de plus de deux personnes. Etrange encore une fois. C'est à croire que personne ne se fréquente ici.

Je vois une vieille femme, le nez plongé dans des papiers. J'imagine que ça doit être la patronne de l'établissement. Je m'approche d'elle lentement, prends un tabouret et m'assieds.

'' Bonjour ! Dis je d'une voix peu rassurée.''
Elle lève la tête, et me dévisage d'un regard que je n'arrive pas à définir. Après quelques secondes elle me répond enfin.

''Bonjour ! Vous voulez quelque chose ?
Un café... s'il vous plaît !''

Elle appelle une fille répondant au nom de Ruby qui fait son apparition quelques secondes plus tard. Elle est brune, les cheveux longs avec des mèches rouges. Lorsqu’elle m'aperçoit, elle me sourit. C'est bien la première fois que quelqu'un me sourit depuis mon arrivée. Elle est plutôt jolie et bien fichue, mais pas autant que la merveilleuse blonde que j'ai croisée un peu plus tôt. D'ailleurs peut être qu'elle la connaît. Elle prépare mon café et le dépose devant moi.

'' Tenez ! Que venez- vous faire ici ? ''

Je suis déboussolée par sa question. Pourquoi ne serais-je pas d'ici ?

'' Comment savez-vous que je ne suis pas d'ici ?
Tout le monde se connaît. Et quand un étranger arrive, on le voit tout de suite. Vous avez bien vu comment on vous a dévisagée quand vous êtes entrée !''
Elle ne me laisse pas le temps de répondre que la voilà déjà repartie.

C'est bien ce que je pensais. Tout le monde se connaît. Ca a l'air pourtant d'être une grande ville... Je ne suis vraiment pas à l'aise ici. Pourquoi je suis là ? Pourquoi mon instinct m'a-t-il poussée ici ?....


Bureau du Shériff Swan

Emma rentre dans son bureau suivie de Mary. Elle doit parler de ce qui vient de se passer. Et qui d'autre que sa colocataire et amie peut l'écouter ?

'' Mary, faut que je te parle d'un truc !
Qu'est ce qu'il y a ?
J’étais dehors tout à l'heure et une fille est passée devant mon bureau, là, sur le trottoir d'en face !
Et ??? Emma ! C'est pas la première fille qui passe devant ton bureau !
Très drôle ! C'était pas une fille d'ici. Quand elle m'a vue elle a stoppé net et m'a regardée étrangement ! Elle était …. bizarre. Je me demande si je lui ai pas fait peur !
Ou bien, elle a était frappée par la beauté du shériff de Storybrooke. Lui répond Mary dans un fou rire.
Mais oui bien sur ! N'empêche que je suis intriguée !
Hey, t'es le shériff ma belle ! T'as qu'à aller la voir et lui demander qui elle est !
Oui super ! Bonne solution pour mettre les gens à l'aise ! T'as pas autre chose ?
T'attends que Cruella la remarque et qu'elle te demande d'enquêter !? ''

Mary n'a pas fini sa phrase que le téléphone du bureau se met à retentir. Mary pouffe, sachant à cent pour cent de qui cet appel provient. Emma lui fait alors signe de se taire.

'' Shériff Swan ?
Mlle Swan ! Qui est cette nouvelle arrivante ?
Je.... aucune idée Madame le Maire !
Faites des recherches immédiatement et je veux des réponses ce soir !
Bien Madame le Maire ! ''

Emma raccroche dans un souffle bruyant. Les appels téléphoniques avec le Maire de la ville ne sont jamais très affectifs. Cette femme a été surnommée Cruella, comme dans les cent un dalmatiens, par les habitants de la ville . Il est vrai qu'elle a une allure qui en dit long avec ses cheveux d'un noir corbeau au carré, toujours habillée d'un tailleur sombre et d'une chemise blanche. Et son regard est toujours glacial. Moins Emma la voit, mieux elle se porte. Malheureusement pour elle, étant le shériff de la ville, elle est amenée à la voir très souvent. Elle croit même que le maire prend un malin plaisir à lui demander de faire des trucs inutiles.

'' Alors ? Demanda Mary avec empressement.
Et bien..... je crois que j'ai l'excuse valable pour aller lui parler !
Tu vois ! Suffisait d'un coup de pouce !
Un coup de pouce ? Tu te fiches de moi là ! Tu appelles ça un coup de pouce toi ? Cette conne ne veut rien de plus que savoir qui est cette.... demoiselle qui erre dans sa ville sans y être invitée !
Mm, mouais c'est vrai, mais... tu vas pouvoir lui parler et ça c'est … génial !
Ouais ! Bon je crois l'avoir vue entrer au café. Je vais aller y faire un tour. Souhaite moi bonne chance !
Bonne chance, et.... n'abuse pas de ton pouvoir de shériff pour la draguer hein ! ''

Mary sort cette phrase, les yeux dans les siens, un sourire béat sur les lèvres.

'' Mais pour quoi tu me prends toi ! Répond Emma sur la défensive. Tu me connais bien mal Mary !
Arrête tu veux ! Personne ne résiste à la beauté du shériff ici ! Alors pourquoi elle le pourrait ?
Ça suffit ! Tu t'embarques loin là ! Allez à plus tard !
C'est ça sexy shériff ! A plus ! »

Emma sort du bureau et se rend au café de la ville. Mary quant à elle, rentre à l'appartement.

Retour au café avec l'inconnue

Je suis toujours devant ma tasse de café à réfléchir, réfléchir à pourquoi je suis ici. Qu'est ce que je suis sensée faire ? Je ne comprends pas ce qui m'a attirée dans cette ville si peu accueillante. Et quelque chose me dit que ce n'est qu'un début !
J’entends la porte d'entrée du café s'ouvrir. Un silence de mort plane tout à coup autour de moi. Je sens alors un regard dans mon dos, un regard qui me file des frissons. Je ne me retourne pas de peur de découvrir ce que je redoute. Les gens finissent par reprendre leur conversation. Les pas se rapprochent de moi. Mon cœur bat la chamade, j'ai envie de m'enfuir vite et loin .
Ruby sort de derrière et avance vers moi mais au dernier moment, elle s'adresse à la personne qui vient d'arriver au comptoir.

'' Salut Shériff !
Hey Ruby, sers moi un chocolat-cannelle steuplé !
Bien sûr ! »

Voilà pourquoi elle m'a regardée si étrangement, « le shériff, » j'aurais du m'en douter. Je sens son parfum émaner de ses vêtements. Mon dieu ce qu'elle sent bon ! Il faut que je me reprenne, c'est le shériff. Les représentants de la loi ne sont pas très sympathiques en principe. Même si je n'ai rien à me reprocher, je me méfie tout de même .
Elle n'a pas l'air de s’intéresser à moi pour le moment. Peut- être est -elle venue simplement boire un chocolat ? Mais alors pourquoi reste -t- elle à côté de moi ? Je suis tirée de tout soupçon. Quand elle m'adresse la parole, mon sang entre en ébullition.

'' Vous n'êtes pas d'ici n'est ce pas ?''

Je réponds ou non ? C'est la question que je me pose à ce moment précis. Je n'ose pas la regarder mais je me rappelle que c'est le shériff et qu'elle a parfaitement le droit de m'interroger ou même de m'arrêter pour x raisons. Je daigne me tourner vers elle afin de lui répondre. Lorsque je me retourne, je suis subjuguée par l’éclat de son regard, un regard bleus-vert, des yeux merveilleux, exactement comme je les aime. Des lèvres, où je déposerais bien les miennes. Mon dieu, je dois me reprendre et ne pas me laisser aller à mes envies. C'est le sheriff, non une simple personne que je peux croiser au détour d'un café. De plus, si elle me parle ce n'est certainement pas dans un but amical.

'' En effet, est- ce écrit sur mon front ?
Non ! Me répond -t-elle. Mais vous fuyez mon regard comme le loup blanc. Ce qui veux dire que vous avez peur ! Pourquoi ?
Je n'ai pas peur ! Mais cette ville est si peu accueillante !
Alors qu'est ce que vous faites là ?
A vrai dire..... je n'en sais rien, je ne sais pas comment je suis arrivée ici !
Ho ! Vraiment ? Alors vous êtes apparue ici comme par... magie ?
Mon instinct m'y a poussée, quelque chose m'a incitée à venir ici !''

Emma n'est pas surprise de la réponse. Des choses étranges se trament à Storybrooke, et ce n'est pas la première personne à avoir été soit disant poussée à venir ici. Mais il lui faut en savoir plus. Pour elle, mais surtout Régina, le maire de la ville attend son compte rendu sur la jeune femme à côté d'elle.

'' Comment vous appelez-vous ?
Je n'ai pas à vous le dire ! .
Vous y êtes obligée. Personne n'entre ici sans identité, c'est interdit !
Alors je vais partir !''

Je me lève, j'ai envie de partir, mais tout aussi rapidement Emma m'attrape par le bras et me force à rester. Elle ne sait pas pourquoi elle fait ça, je le vois à son regard. Elle sait parfaitement que j' ai le droit de partir quand je veux, comme je veux. Rien ni personne ne me retient ici. Mais Emma ne le souhaite pas. Elle semble vouloir en savoir plus sur cette inconnue arrivée ici par hasard, ou presque. Son geste me surprend, je déteste qu'on m'oblige à faire quelque chose que je n'ai pas décidé moi- même, et encore moins lorsque ça vient d'un flic.

Je regarde mon bras puis Emma.

'' Voulez-vous bien me lâcher, j'aimerais partir !
Non ! Enfin.... »Puis elle me lâche. « S'il vous plaît, restez encore un peu !
Pourquoi ?
Juste..comme ça... en amies..... j'ai juste envie de vous connaître !
Vous êtes bien étrange Shériff !
Non appelez- moi Emma. Ce n'est pas le Shériff qui vous parle là, mais la femme !
Très bien Emma. » J' appuie son prénom histoire de montrer que j'ai bien compris. « Qu'est ce que vous me voulez ?
Parler, discuter, apprendre à vous connaître ! »

Emma s'attend à ce que je l'envoie balader et lève le camp mais contre toute attente, j'accepte de prendre un café et de m 'asseoir avec elle. Emma semble ravie que je ne sois pas partie. Bien que cette fille soit peu aimable avec moi pour le moment, je suis certaine qu'elle n'est pas celle qu'elle laisse paraître habituellement. Elle se doutait que je ne m'attendais pas à trouver une telle ville en venant ici et le peu d'aventuriers qui s'y sont arrêtés ne sont pas restés plus d'une journée, sauf Emma....

Emma est arrivée dans la ville à cause de son fils abandonné 10 ans plutôt. Un fils qui soit disant a été adopté par une mère diabolique, une femme qui martyrisait et martyrise toujours la ville entière. Tout le monde la craint ici et personne n’ose s’interposer à ses choix. Il en est toujours ainsi aujourd'hui. Son fils Henry lui a alors dit que les habitants avaient besoin d'elle pour les sauver de la malédiction que sa mère adoptive a jetée. Bien entendu Emma n'y a pas cru, mais poussée par son instinct de mère, elle est arrivée à Storybrooke et n'en est jamais repartie.
Lorsqu’elle a rencontré cette femme, quelque chose de négatif s'est alors dégagé d'elle et Emma l'a tout de suite ressenti. Elle a alors entamé une procédure contre elle pour reprendre son fils. Aidée par ses amis, elle a réussi à en avoir la garde , mais elle n'a jamais quitté cette ville. Promue au rang de shériff par les gens de la ville, elle a décidé de rester pour eux.

Emma et moi, on va à une table, on s'installe et on commence à discuter.

'' Maintenant que vous avez confiance en moi on peux discuter sincèrement ?
Qui a dit que j'avais confiance ? C'est pas parce que j'accepte votre invitation que je vous fais confiance ! Vous restez un shériff qui parle à une inconnue de cette ville affreuse... !
S'il vous plaît ! Je suis sincère ! Je ne vous veux aucun mal. On arrive pas ici par hasard. Storybrooke est inconnu du monde. Moi même je ne connaissais pas cette ville avant que mon fils ne m'en parle !
Ah oui ? D'où venez- vous ?
Du Michigan !
Moi aussi...
Est ce que je peux... savoir votre prénom ?
Lise ! Je m’appelle Lise !
Enchantée Lise ! ''

Emma me tend la main, que je prends et serre. A cet instant, je ressens quelque chose de curieux en moi, comme un courant électrique. Emma semble le ressentir également de son côté. Et cette façon dont elle a de me regarder et qu'elle m'a regardée tout à l'heure, ai-je quelque chose de spécial ? Dés qu'elle m' a aperçue tantôt, elle n'a pu décrocher ses yeux de moi.

'' Vous savez ! Lui dit Emma. J'ai l'impression de vous connaître !
C'est marrant ! J'ai la même impression depuis que je vous ai vue de l'autre côté de la route ! dis-je en s'appuyant contre le dossier de la chaise.
Comment êtes vous arrivée dans cette ville ?
Je.... je ne sais pas, je crois que mon instinct m'y a poussée mais je ne saurais dire comment ! A vrai dire, je n'ai rien à faire ici.
C'est étrange ! Tous les étrangers qui arrivent ici, viennent sans raison apparente.
Moi je sais pourquoi elle est là !''

Henry, le fils d'Emma se présente devant nous, son livre toujours à la main et son sac sur le dos. Le petit garçon est habillé d'un pantalon noir et d'un sweat à lignes blanches et bleues. Emma paraît surprise de sa présence, et encore plus du fait qu'il ait entendu la conversation.

'' Mais qu'est ce que tu fais là toi ???? tu devrais être à l'école !
Je sais m'an, mais j'ai vu cette fille arriver et j'ai dit à Mary qu'il fallait que je te voie !
Rappelle moi de dire à Mary de ne pas te laisser sortir de l'école sans raison !
Mais il y a une raison ! Regarde.''

Henry s'assied à côté de sa mère après avoir attrapé une chaise. Il ouvrit son livre et montre une page à sa mère, sans que je ne la voie.

'' Tu vois ? Regarde ! Lis ça !''

Emma se met à lire le petit paragraphe que son fils lui montre. Bien sûr, elle ne croit pas un mot de ce qui y est écrit mais pour que sont fils la laisse tranquille, elle s'exécute.
Elle retient un fou rire arrivée à la dernière ligne du paragraphe .

'' D'accord, très bien, maintenant retourne à l'école !
Tu n'y crois pas ! Le petit garçon fait la moue .
Henry ! Emma attrape tendrement ses mains. Il faut que tu arrêtes de penser que tout le monde est un personnage de ton livre ! C'est absurde et je ne la connais même pas !
Montre moi ton livre s'il te plaît !
Je ne suis pas sûre que tu sois prête pour ça ! Me répond Henry en me tutoyant naturellement.
Moi ? Je suis prête à tout dans cette vie.''

Henry me tend finalement le livre ouvert à la page qu'il vient de montrer à sa mère. Je me mets alors à lire le paragraphe en question, observée par les deux autres en face de moi, attendant ma réaction. Une fois terminé, je referme le livre et le rends au garçon.

'' Ce livre est intéressant !
Ce sont des contes de fée ! Répond Emma.
Depuis quand il y a des lesbiennes dans les conte de fées ? Je demande le sourire aux lèvres. 
Depuis que quelqu'un les a réécrit sans doute ! Vous n'allez quand même pas y croire ?
Et pourquoi pas ? » Je fais un clin d'oeil à Henry .
Henry me décoche un grand sourire. C'est bien la première fois que quelqu'un accepte de croire en ce que lui croit. Car il en a toujours été sûr, son livre est magique, mais personne ne veut le croire et encore moins sa mère visiblement.

'' C'est absurde comment pouvez-vous croire une chose pareille ?
T'as lu la description des personnages ?
Tu me tutoies maintenant ?
Toi aussi !
Parce que tu le fais !
Alors faisons le ensemble !''

L'échange entre nous deux devient électrique et Henry le ressent. Pourtant, cela le fait rire de nous voir nous chercher l'une et l'autre. Il se demande laquelle de nous deux va gagner le round.

'' Ok ! Répond Emma. Alors tu y crois ?
Pourquoi pas ? Les personnages décrits nous ressemblent bien  non ?
Ce sont des histoires ! Tout le monde peut se reconnaître en elles !
Pas quelqu'un d'hétéro !
Qui te dit que je suis lesbienne ? Répond Emma .
Mon petit doigt ! Je l'ai tout de suite su quand je t'ai vue !''

Emma est complètement perdue. Je la trouble au plus haut point. Je remarque qu'elle ne sait pas quelle attitude adopter en ma présence, mais, paradoxalement qu'elle se sent bien en ma compagnie. J'ai le pressentiment qu' elle ne souhaite pas que ça se termine ainsi. Henry est toujours en train d'écouter et soudain :

'' M'an on l'invite à manger ce soir ?
Heu... je sais pas Henry ! Et puis Mary...
Non mais c'est bon je vais rentrer chez moi !
Non, il faut que tu viennes manger avec nous et que tu connaisses Mary !
Mary ? C'est ta....
Ma coloc et avant que tu ne le demande, non je ne suis pas avec !
Ok, ok !
Alors c'est oui ou non ? Demande le petit garçon.
D'accord, elle vient manger, maintenant file à l'école Henry !''

Le petit garçon accepte, embrasse sa mère et repart tout content sur le chemin de l'école.


Le reste de la journée, Emma retourne à son boulot accompagnée de ma personne. Elle m' explique les quelques trucs qu'elle avait à faire. Je l'écoute avec grande attention, la dévorant littéralement ce qui la déstabilise encore plus.
Mais en fait, je n'écoute pas vraiment ce que me dit Emma. Je suis bien trop occupée à la détailler, à l'observer, et surtout accaparée par ses lèvres qu'à plusieurs reprises j'ai envie d'embrasser.

Le soir arrivée, Emma ferme la porte de son bureau et me conduit jusqu'à l'appartement où doivent être déjà en train de l'attendre Henry et Mary. Nous franchissons la portes et sommes accueillies par Henry.
'' Ah ! Vous êtes là ! C'est presque prêt !
Mais c'est quoi tout ça ? Demande Emma.''

Mary arrive vers elle avec un regard qui en dit long.

'' Henry m'a dit qu'on avait une invitée ! Il a voulu préparer le repas !
Ok ! C'est du Henry tout craché ça !
Tu l'as dit !
Mary, je te présente Lise, Lise voici Mary !''

Elle me fait la bise comme si nous étions deux vieilles amies.
'' Apéro ? Demanda Emma.
ouais ! Je veux bien !
Qu'est ce que tu bois? Whisky ?
Parfait. Sympa votre appartement, j'aime bien !
C'est celui de Mary ! Quand je suis arrivée en ville, je n'avais pas de toit, et puis on a fait connaissance et on a décidé de faire colocation. Et toi ? Tu es en couple ? Tu fais quoi dans la vie ? ''

Je prends le verre qu'elle me tend, bien plus décontractée que plus tôt dans la journée et décide de répondre à sa question quelque peu indiscrète.

'' Merci, non je n'ai personne dans ma vie, je sais pas si je suis prête pour ça ! Et sinon je suis écrivain !
Vraiment ? Tu écris quoi ?
Des romans... lesbiens ! Dis-je dans un grand sourire.
Bien ! Voilà l'intérêt pour le livre de mon fils ! En tant qu'écrivain tu vois plus loin que le bout de ton nez, et tu dois être très imaginative !
Je suis très créative dans tout les domaines...''

Cette phrase à double sens laisse Emma fort perplexe. Je suis sûre qu'elle se demande à ce moment précis dans quel domaine et je parierais qu'elle ne songe pas à des choses bien catholiques. Puis, dans son regard, j'imagine sa réponse « Ho mais tu me connais mal aussi ! » Mais ce que je vois aussi, c'est que Henry lui a dit sur les personnages de son livre la troublent également car ils nous ressemblent.

La soirée se passe bien, je me sens bien plus à l'aise, le courant passe à merveille avec Henry et Mary. Si les circonstances avaient été autres, on se croirait presque à une famille partageant le repas.

J'ai envie de fumer, me lève et sors . Emma me suit.

'' Tu fumes aussi ?
Non, enfin très peu mais là j'en ai envie !
Dis plutôt que tu as envie d'être seule avec moi !
Quoi ? Mais non ! Qu'est ce que tu imagines ?'
Tu n'es pas futfut tu sais ! Je sais très bien que tu fumes pas, je l'aurais senti sinon !
Bien vu ! Que sais- tu d'autre ?
Es- tu sûre de vouloir le savoir ?
Je suis curieuse de savoir ce que tu vas m'inventer encore !
J'ai une meilleure idée. Je vais te montrer plutôt''


Emma n’a pas le temps de répondre que je m'approche d'elle. Je la plaque doucement contre la porte d'entrée et m'avance de ce visage que j' ai eu envie d'embrasser toute la journée. Je stoppe à quelques millimètres, laissant ainsi à Emma de partir si elle le désire. Emma ne bougea pas. Je franchis alors la dernière barrière et pose mes lèvres sur les siennes. Un baiser doux mais sensuel qui nous laisse toutes deux totalement abasourdies.
A ce moment là, j'entends les deux jeunes personnes qui se tenaient devant la fenêtre se taper dans la main. A croire que Henry avait parié avec Mary que nous nous embrasserions avant la fin de la soirée, pari qu'il a gagné pour son plus grand bonheur.

'' Et bien, j'ignorais que mes baisers faisaient cette effet là !
Heu... je... rentrons, ils vont se demander ce qu'on fabrique.
A mon avis, ils ont déjà une petite idée... »

Emma pousse la porte d'entrée, je la suis. Henry et Mary ont un sourire jusqu'aux oreilles.

'' Ca se marre bien par ici on dirait ! Lance Emma.
Ouais, heu, comme d'habitude, Henry m'a dit un truc marrant.
Ca ne m'étonne absolument pas !! Henry, mon chéri, il se fait tard. Tu as école demain, tu devrais aller te coucher maintenant.
Oui Maman! »

Henri embrasse Mary, puis sa mère. Arrivé près de moi, alors que je me baisse pour l'embrasser à mon tour, il chuchote à mon oreille :

'' Ne la laisse pas ! Je vous ai vues vous embrasser. Vous êtes faites pour être ensemble, c'est écrit dans le livre.
'' Mais, je n'ai pas l'intention de la laisser ! » .Puis, d'une voix plus fort : «  Bonne nuit Henry ! Fais de beaux rêves mon grand » .

La maison semble alors soudainement frappée par une grosse fatigue générale et Mary décide de regagner sa chambre, prétextant une longue et dure journée de labeur.

'' Bon, tout le monde a déserté le navire, nous avons été lâchement abandonnées ! On fait quoi maintenant ? Me demande Emma.
J'ai peut être une solution à ton problème !
Quoi ? Me dit-elle en se retournant vers moi.
Ca ?''

Je capture une nouvelle fois les lèvres d'Emma sans lui demander son avis cette fois, l'entraîne vers le canapé et la fait s'allonger.

'' Qu'est ce que tu fais ?!
Quelque chose dont tu as envie aussi !
Hey, je n'ai jamais dit ça !
Ah oui ? Tu ne m'as pourtant pas repoussée !
Mais ils ne dorment pas encore ! Ils pourraient redescendre !
Alors il nous faut le faire en silence madame la Shérif sexy ! Mais je ne pense pas qu'ils le feront ! ''

Emma me dévisage sans dire mot. Elle se laisse envelopper par des lèvres pulpeuses, des lèvres dont elle avait eu aussi toute la journée sans se l'avouer.

Ma bouche descend dans son cou, dépose de légers baisers humides, puis à la limite de son débardeur. Mon visage remonte lentement jusqu'à l'oreille d'Emma et je lui dis d'une voix sensuelle.

'' Alors madame la Shériff, on ne se débat plus ?
Non ! Tais- toi et continue !
A vos ordres...Shériff !''

Je lui ôte son débardeur, la laissant en soutien-gorge devant moi. Je la fait ensuite se rallonger, et recommence à déposer des baisers sur le haut de son corps, passant du cou au buste, traçant des sillons humides entre ses seins, une ligne imaginaire où je repasse ensuite en soufflant, l'excitant encore plus .
Je décide ensuite d'honorer son ventre, le comblant de baisers et de caresses, pour remonter le long de ses flancs, et me diriger vers ses seins, que j' entreprends de caresser au travers du tissu en dentelles.

Emma commence à se tortiller en dessous de moi. Je la débarrasse ensuite de son pantalon et la laisse en sous vêtements. A sa façon de se comporter, je devine qu' Emma ne s'est pas dévoilée à une femme. Elle paraît plutôt pudique mais je devine également que la situation lui plaît et que laisser une fille qu'elle connaît à peine investir son corps n'est pas pour lui déplaire. Je dirais même que cela l'excite.

Je reviens l'embrasser, d'un baiser bien plus fougueux que les précédents, baiser par lequel je sens une excitation grandissante. Mes mains viennent se placer sur son ventre puis descendent vers ses cuisses, laissant mes doigts glisser lentement sur sa peau chaude. Puis, elles descendent jusqu’au genoux et entreprennent une remontée lente et très sensuelle sur l'intérieur de sa cuisse. Ce qui emmene Emma à se tortiller d'avantage. Une fois en haut de la cuisse ma main frôle son sexe et Emma émet un léger gémissement.

'' Hey Shériff, les troupes sont en haut alors en silence !
La ferme et continue ! Me répond du tac au tac Emma dans un souffle rauque''

Je ris doucement à ces mots, me disant que quelques minutes plus tôt, Emma ne semblait pas approuver de faire l'amour au milieu du salon mais que mes caresses lui ont fait changer d'avis.
Je décide de continuer ma douce torture, faisant exprès de passer à plusieurs reprises sur le slip complètement humide d'Emma dans le but de la rendre folle d'impatiente . N'y tenant plus, Emma me fait comprendre qu'elle désire aller plus loin, m'invitant à passer ma main sous le tissu détrempé.
Je m'exécute et entame une douce torture sur le clitoris de ma compagne, qui, au contact de mes doigts, attrape mes cheveux et se cambre.
J' accentue mes caresses, voulant absolument emmener Emma à l'orgasme. Emma se met alors à gémir de plus en plus fort et je me vois contrainte de poser ma main sur sa bouche afin de ne pas ameuter toute la ville.

Je finis par retirer le slip d'Emma et viens déposer mes lèvres sur son sexe détrempé. Emma se cambre à nouveau, venant écraser ma bouche sur son sexe où je commence de lents va et viens , ne m'attardant pas sur des endroit précis . Je veux la rendre complètement folle.

Ma manœuvre réussit merveilleusement bien et Emma finit par prendre ma tête et la placer droit sur son clitoris me suppliant de la mener jusqu'à l'orgasme. Je m'exécute aussitôt, en faisant danser ma langue sur son bouton, des mouvements d’abord lents, puis plus rapides par la suite. Je devine à ses gémissements que la délivrance est proche. Je viens en elle, la pénétrant d'un doigt. Il n'en faut guère plus à Emma pour crier sa jouissance.

Je remonte ensuite et viens déposer un baiser sur son front. Mais sans que je n'ai eu le temps de rien dire, Emma inverse les rôles et me procure le même plaisir que je viens de recevoir.

Une grande partit de la nuit, nous nous faisons l'amour, ne nous préoccupant plus des gémissements pensant à une seule chose : profiter de ces moments délicieux.

Au petit matin, épuisées, nous n'aspirons qu'à récupérer, mais aucune de nous deux n'a envie de lâcher l'autre.

'' Qu'est ce qui va se passer maintenant ?
J'en sais rien !
Je sais que tu ne veux pas que je parte !
Qui es- tu belle inconnue, pour savoir ce que je veux ?
Ton futur.... So sexy Shériff !''

Son visage s'éclaire alors d'un grand sourire. Elle sait à présent ce qu'elle va dire à Régina quand celle ci va lui réclamer les renseignement sur mon compte, la femme qui vient d'entrer dans sa vie et qui n'en sortira pas tout de suite, en tout cas, je l'espère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
So sexy shériff (oneshot épisode hor série ouat)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ✻ dernier épisode/film regardé
» Coulez l' Alabama! Paul Ingouf-Knocker.
» Episode Charlotte aux Fraises vintage, doublage français !!!
» SHERIFF FAIS MOI PEUR
» Bibifoc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
histoires de miel  :: vos écrits :: vos écrits-
Sauter vers: